Actualités

Dimanche 11 novembre 2018  : Prix de Biarritz à Auch

En ce 11 novembre, le Prix de Biarritz se courrait sur le charmant hippodrome d'Auch. En fait, il fallait parler DES Prix de Biarritz car l'épreuve avait été dédoublée.

Venu en famille, Frédéric Clozier est à la poursuite de sa millième victoire. La journée allait-elle lui porter chance ?

Outre Frédéric Clozier, plusieurs drivers présents à Biarritz en juillet étaient engagés dans la première course, comme Nils PachaStéphane Bouisson ou Éric Audebert. Deux autres anciens vainqueurs du Grand Prix, Alexandre Wissocq et Jérôme Chavatte, étaient là également, de même que Manu Criado, meilleur driver en 2013.
La course s'est conclue par une arrivée digne de l'hippodrome des Fleurs : Jérôme Chavatte s'est imposé avec ECLIPSE MELODY en devançant dans l'ordre Éric Audebert, Frédéric Clozier et Manu Criado !
Mieux, les chevaux de Jérôme Chavatte et d'Éric Audebert étaient tous deux entraînés par ce dernier et les deux drivers se sont retrouvés pour la remise du Prix.
La Présidente a ensuite posé avec le vainqueur, dont on rappelle qu'il gagna le Prix de Biarritz en 2017.
Pour la deuxième course sont venus s'ajouter à la liste des habitués de notre hippodrome Michel Charlot, Vincent Cabos, Norbert Vimond (tout à fait rétabli de son accident) et Jonathan Asselie. De plus, pour cette épreuve, Éric Audebert et Jérôme Chavatte faisaient écurie.
C'est encore un vainqueur de Biarritz qui l'a emporté : Jonathan Asselie, que nous avions vu gagner à Biarritz le 12 juillet, s'est imposé au sulky de EURYDICE, signant ainsi son soixante-dixième succès.
Nous ne pouvons pas ne pas parler de la course phare de la réunion : le Prix du Domaine de Grand Comté. En effet, nous y avons retrouvé Yves Hurel et BILOOKA du BOSCAIL, ainsi que Nils Pacha avec BINGO d'ATTAQUE. La présence de Benjamin Goetz, Jérôme Chavatte, Frédéric Clozier et Éric Audebert donnait à cette course un air de Grand Prix de Biarritz.
Le déroulement de la course, puis son résultat, ont confirmé notre impression : Yves Hurel a couru comme on l'attendait, partant du second poteau et prenant vite la tête ... et la corde. Malheureusement pour lui, il s'est fait cette fois déborder sur la fin pour finir troisième, la victoire revenant à Éric Audebert devant Frédéric Clozier, pour un podium digne de l'hippodrome des Fleurs !
Frédéric Clozier n'aura pas remporté sa millième victoire à Auch, finissant cependant deux fois sur le podium.

Vendredi 12 octobre 2018  : Prix de Biarritz à Toulouse

Le Prix de Biarritz s'est disputé en nocturne sur l'hippodrome de la Cépière le 12 octobre. Cette course était réservée aux Apprentis-Lads-Jockeys et à des juments de 5 ans, avec un départ à l'Autostart.
Des habitués du meeting de Biarritz étaient présents, comme Pierre Geray, David Sabourdy, Cindy Saout, Louis Wissocq ou Etienne Clozier, mais la course a vu une nette victoire de Louis Lalande au sulky de DEBORAH.
Louis Lalande a couru cinq fois à Biarritz cet été, obtenant une deuxième place avec COLD SPEED. En 2017, il y avait remporté la deuxième victoire de sa carrière en drivant BIG BEAR. Nous le reverrons sans nul doute à l'hippodrome des Fleurs pour d'autres succès.

Mardi 31 juillet 2018  : remise des Prix

Les clameurs se sont tues et les courses sont terminées, mais les Prix restent à distribuer.
La jeunesse au pouvoir ?
La Présidente fait son discours, puis Isabelle Dupont commence à présenter les lauréats.

Les jockeys au monté

2018 - Monté
  Jockey Points Victoires
 1 Melle C. Saout 37 3
 2 N. Pacha 34 2
 3  P. Geray  24
 4 Melle Cl. Lelièvre 20 1
 5 Melle P. Beluze 19 1
 6 Melle Z. Godey 19
 7 Ch. Bouteiller 15
 8  Melle N. Rolly  14
 9 I. Krouchi 11 1
 10 Melle A. Toussaint 10 1
Nils Pacha, deuxième du classement des jockeys.
La victoire de Cindy Saout ce soir lui a donc permis de finir en tête de ce classement.
Les deux lauréats.

Les apprentis lads-jockeys

2018 - Apprentis Lads-Jockeys
  Driver Points Victoires
 1 Et. Clozier 24 2
 2 Melle D. Posthumus 21 2
 3  Ch. Bouteiller  21
 4 L.Th. Wissocq 17
 5 Melle C. Saout 16 1
 6 D. Sabourdy 15 1
 7 M. Legros 14 1
 8  P. Geray  14
 9 Melle Ch. Lefebvre 13 1
 10 N. Bazire 10 1
C'est également avec sa victoire de ce soir qu'Étienne Clozier a gagné le championnat des apprentis lads-jockeys.
Mais Étienne Clozier a dû rentrer avant la cérémonie et c'est son père qui est venu chercher la récompense.
Meilleur apprenti du classement des drivers, Pierre Geray a également obtenu un Prix.

Les drivers

2018 - Driver
  Driver Points Victoires
 1 E. Audebert 241 15
 2 F. Clozier 178 8
 3  C.Terry  145 8
 4 S. Hardy 145 5
 5 N. Pacha 139 2
 6 R. Lacroix 109 2
 7 F. Marty 67 2
 8  D. Brossard  62 2
 9 G. Cardine 54 2
 10 C. Gazengel 53 2
Cinquième driver du meeting, Nils Pacha ne serait-il pas la révélation de celui-ci ?
Sébastien Hardy est arrivé un peu en retard. Sa remontée de la soirée l'a conduit à finir ex-aequo aux points avec Cédric Terry, mais il est devancé au nombre de victoires.
Cédric Terry a donc fini troisième driver.
Vainqueur en 2017, Frédéric Clozier termine cette fois deuxième. Il a perdu une place, mais son talent n'a pas diminué.
Le premier est redevenu Éric Audebert. C'est sa sixième victoire. Il établit un total record de points avec 241 points et égale son meilleur nombre de victoires, avec 15.

Les entraîneurs

2018 - Entraîneurs
  Entraîneur Victoires Deuxièmes places
 1 G. Verva 12 1
 2 F. Terry 11 9
 3  P. Lelièvre  4 3
 4 S. Bouisson 4 2
 5 E. Varin 3 2
 6 M. Varin 3 3
  Y. Henry 3 3
 8  G. Marty  3 2
  E. Audebert 3 2
 10 R. Joly 3
Emmanuel Varin, habitué de Biarritz, est cinquième.
Stéphane Bouisson, quatrième, était absent et c'est Cindy Saout, qui lui a apporté trois de ses quatre victoires, qui est venue chercher le Prix.
Pascal Lelièvre, troisième, est venu avec sa fille Clarisse qui a, comme Éric Audebert, bénéficié de la bonne forme de Birdie d'Anama en ce mois de juillet.
L'entraînement Terry avait gagné en 2016 et 2017. Il est cette année deuxième et c'est Cédric qui a reçu le Prix.
Premier avec 12 victoires, Guy Verva est venu chercher son Prix avec Céline Leclercq et leur fils.

Photo de famille hippique

Rejoints par Estelle Briallon, qui a gagné un Prix Spécial, les lauréats posent ensemble pour une photo souvenir.

Mardi 31 juillet 2018 : treizième journée

Dernière réunion du meeting ! Il reste des incertitudes dans les différents classements : seul Éric Audebert est sûr d'être le meilleur driver ; il reste à connaître les meilleurs des entraîneurs, des jockeys et des apprentis lads-jockeys.
Cédric Terry gagne la première course avec FRIJA du VIVIER. L'avance sur le deuxième est confortable : 3 secondes ! Après cette course, Franck Terry prend la tête du classement des entraîneurs à Guy Verva.
Damien Laisis et FLAVIE DE BRUYÈRE s'imposent dans la deuxième course, issue du dédoublement de la première.
Les deux courses d'apprentis consécutives vont déterminer le classement de ceux-ci. La situation est originale car, parmi les sept premiers, seul Étienne Clozier est partant, par ailleurs deux fois.
Mais on doit d'abord constater que la victoire de David Sabourdy avec DEL SOL GÉDÉ remet Guy Verva en tête du classement des entraîneurs. Il n'en bougera plus.
Deuxième conséquence de ce succès : David Sabourdy devient un vainqueur possible du challenge des apprentis car il court l'autre épreuve aussi. Par ailleurs, Étienne Clozier a été distancé, donc la situation est claire : Étienne doit gagner pour être champion.
Étienne Clozier peut lever le poing en passant le poteau d'arrivée : c'est lui gagne, au sulky de DOLLY DESBOIS. Et donc, il remporte aussi le challenge des apprentis lads-jockeys.
La remise des Prix a été empreinte d'émotion : Étienne Clozier porte les couleurs de Norbert Vimond et, bien sûr, ses victoires dans la course et au championnat sont un hommage à celui-ci. De plus, le Prix était associé à Madame Mazzocchi et sa famille était venue célébrer le souvenir de cette bénévole historique de la Société. La présence de Monsieur Hervé Jonathan, sous-préfet de Bayonne, a renforcé le côté solennel de l'instant.
La cinquième course concerne le monté. Avant elle, Nils Pacha devance Cindy Saout de 2 points. À 7 points, Pierre Geray peut gagner aussi, mais le défi n'est pas simple pour lui.

Avec CAPUCINE NAY, Cindy Saout est à l'aise à Biarritz : elle a déjà gagné une semaine auparavant. Elle s'impose plutôt facilement dans la course et cela lui permet aussi de remporter le challenge des jockeys. Nils Pacha n'a pas démérité en finissant troisième avec DIVA de BEAUSOLEIL, mais il doit s'incliner pour 3 points.

Avec ECHER MENUET, Yvan Lacombe gagne la sicxième course. Le numéro 9 ESPOIR JABA de Cédric Terry ayant fauté dans le sprint final, ce sont Laurent Laudren et ENZO de TALONEY qui finissent deuxièmes.
La septième course est le point d'orgue sportif de la soirée : c'est le Prix de Bidart.
De nouveau sous les couleurs de Norbert Vimond, Étienne Clozier prépare CIRTE la TOUR. De son côté, Michel Charlot compte sur ALTO de MARIONS.
Mais c'est du côté du magnifique camion d'Emmanuel Varin que l'agitation est la plus grande. Manu a engagé trois chevaux, dont deux à ses couleurs, le troisième, qui est celui qui part du premier poteau, étant pour Éric Audebert.
Ils vont courir les uns contre les autres, mais ils se préparent ensemble. À côté d'eux figure même le numéro 13, engagé par Matthieu Varin et destiné à Sébastien Hardy. Les deux chevaux d'Emmanuel Varin partent un peu avant le troisième, ce sont CASTELLO FABULET et DORIA RAUDIÉRE, respectivement drivés par Nils Pacha et Melvin Kondritz.
Éric Audebert s'en va-t-en guerre un peu après les autres avec CONCERTO des DUNES. Se dit-il qu'en partant du premier poteau, il sera plus à l'aise pour gagner sa seizième victoire ?
Malheureusement, après avoir fait une grande partie de la course dans les deux premiers, Éric est distancé avant le dernier tournant. Le sprint final est acharné, mais Nils Pacha est battu sur le fil par Maxime Cantin au sulky de ALFRED MAZA, cheval qui avait déjà terminé deuxième d'une course d'apprentis une dizaine de jours avant. De son, côté, Michel Charlot termine quatrième.
La dernière course de la réunion est aussi malheureusement la dernière du meeting. Nils Pacha la remporte au sulky d'ÉTOILE du GERS et la boucle est bouclée : c'est également lui qui avait gagné la première le 4 juillet !

Samedi 28 juillet 2018 : récompenses du challenge des amateurs

La huitième épreuve a clos le challenge des amateurs du meeting 2018. Le classement final est le suivant.

2018 - Amateurs
  Driver Points Victoires
 1 D. Crespel 28 1
 2 Ch. Roszak 22,5 2
 3  Melle Cl. Lelièvre  19 1
 4 C. Langlois 18
 5 V. Balédent 16,5
 6 G. Aché 16 1
  JM. Freyssenge 16 1
 8  Th. Bosque  15 1
 9 G. Martinière 13 1
 10 J. Marc 13

La distribution des Prix a eu lieu peu après cette course sous le chapiteau du BO, en présence d'Yves Hurel qui avait gagné le Grand Prix. Les deux premiers du classement étaient présents.
Christophe Roszak
And the winner is ...
... DIMITRI CRESPEL !
Les deux lauréats entourent Jean-Marc Freyssenge, qui a gagné la course de la soirée, celle-ci faisant partie du challenge "Grand Frais".

Samedi 28 juillet 2018 : le Grand Prix

Le Grand Prix est l'apogée du meeting : il mérite bien un traitement particulier. Suivez-nous dans ce fascinant voyage, allant des heat à la célébration de la victoire de Yves Hurel !
Le numéro 7 Verdi du Châtelet a été non partant

The heat is on

Incontournable pour préparer la course, le heat a vu bon nombre des chevaux du Grand Prix conduits par leur driver venir s'échauffer sur la piste, soit dès le début de la réunion (Igor Blanchon et Yves Hurel), soit entre la troisième et la quatrième course.

Entrée des artistes pour une parade sur la piste

La course se rapproche et ce sont les derniers préparatifs avant l'entrée sur la piste. Les drivers sont concentrés sur leur objectif et on ressent un peu de tension.
Le public est prêt. Nombreux, il attend l'évènement en restant plutôt silencieux. La parade peut commencer, avec un aller et retour au pas dans la ligne d'arrivée. La speakerine impressionne dans sa présentation des chevaux un par un. Le moment est solennel. Qui va gagner ?

La course

Yves Hurel l'avait dit : il allait courir comme lors des deux victoires de BILOOKA du BOSCAIL à Biarritz, c'est-à-dire prendre la tête le plus vite possible quitte à passer au large à l'extérieur.
Si le premier passage devant le poteau d'arrivée voit le classement 4 - 6 - 2 - 5 - 1, Yves Hurel respecte ensuite son plan et arrive en tête dans le tour qui suit, à partir du virage des écuries. Le 9 VIVIEN PÉO, drivé par Sébastien Hardy le rejoint, lui aussi par l'extérieur, dans la ligne droite des tribunes, donnant l'ordre 10 - 9 - 4 - 6 - 2 à deux tours de la fin, ordre conservé pendant une boucle de plus.
Tandis que BILOOKA du BOSCAIL fait la course en tête, certains chevaux craquent et cela va jusqu'au distancement du 4 VÉLOA JOY dans le dernier tournant. Le 6 ALSONN de GUEZ et VIVIEN PÉO ne suivent pas le rythme et, finalement, BILOOKA du BOSCAIL s'impose devant les deux chevaux entraînés par Benjamin Goetz, ANDANTE et ARCEUS SEGAH, ce dernier résistant à un beau sprint final de Robert Lacroix et BINGO d'ATTAQUE.
Yves Hurel redoutait que la présence de deux chevaux entraînés par Benjamin Goetz ne conduise celui-ci à imposer un train qui l'empêcherait de faire sa remontée. Cela n'a pas été le cas et Yves Hurel a pu être le premier driver depuis 2003 à gagner à partir du second poteau.

LA CÉLÉBRATION DU VAINQUEUR

La tradition veut que le Maire de la Ville de Biarritz remette le Prix au vainqueur et elle fut respectée puisque Monsieur Michel Veunac était présent, accompagné par plusieurs membres éminents de son équipe municipale, comme Madame Jocelyne Castaignède, Monsieur Patrick Destizon ou Madame Stéphanie Ricord, ces deux derniers ayant déjà rencontré la Société.
36 ans après son deuxième succès avec JOUTEUR du CLOS, Yves Hurel pouvait alors aller boire l'inévitable coupe de champagne du vainqueur avec son petit-fils Romain et l'autre grand-père de celui-ci, André Rey.

Samedi 28 juillet 2018 : douzième journée

La météo s'est comportée comme elle l'a fait un certain nombre de fois en juillet : elle menace (voire plus) dans la journée, puis décide de laisser le meeting tranquille et avec un temps agréable ! Qu'elle soit remerciée pour l'ensemble de son oeuvre. Cette soirée de Grand Prix a vu une très belle affluence.
Dans la première course, Denis Brossard s'impose avec FABIARELLE. L'expérimenté driver partait du second poteau et devance finalement cinq chevaux du premier.
En ce mois de juillet, Hervé Beaumont et FANNY du PLATEAU avaient terminé troisièmes à Eauze, puis deuxièmes à Castéra-Verduzan (et cinquièmes à Biarritz avant cela). C'est finalement sans surprise qu'ils gagnent à Biarritz, dans un Prix de ... Beaumont ... de Lomagne dédoublé. Plaisante victoire pour un driver sympathique qui n'avait pas gagné depuis 2014.
Dans le Prix de Villedieu les Poêles, l'arrivée a été très dispersée : Cédric Terry et EUPHRASIA gagnent avec 2"7 d'avance devant Michel-Paul Marie et ERNESTO du PLATEAU, eux-mêmes 1"9 devant Sébastien Hardy et EN VOGUE.

La photo de l'arrivée est trompeuse : si Sébastien Hardy et EMPIRE des LANDES l'ont bien emporté, Denis Brossard et EMPREINTE seront distancés, étant au galop depuis quelques mètres.

Christian Jouenne n'avait pas couru à Biarritz depuis 2012. Bien lui en a pris de revenir : il a gagné avec DELNA du CHÂTELET.
La sixième course était le Grand Prix, traité à part.
Sophie Larduinat-Descout remporte le Prix d'Anglet avec BANJO CHARENTAIS et 1"6 d'avance. Une victoire qui fait plaisir à la délégation Cordeau présente sur l'hippodrome !
La course finale du challenge des amateurs, disputée sur 3750 mètres, a été remportée par Jean-Marc Freyssenge avec VIKING du SARTHON. Cette épreuve est associée à Jean-François Maury et à Jean-Claude Malaurie, et l'émotion de Jean-Marc, qui fut leur ami, était palpable.

Vendredi 27 juillet 2018 : alors, Yves, raconte !

Un Grand Prix avec Yves Hurel ne peut pas être un Grand Prix comme les autres. Les tactiques attentistes y sont impossibles et la bande son de la course est « allumer le feu » ! Il se trouve qu’il va courir le Grand Prix 2018 avec son cheval BILOOKA du BOSCAIL, déjà vainqueur à Biarritz en 2017 et 2018 dans deux courses de 2950 mètres, tout en partant du second poteau, c'est-à-dire dans les mêmes conditions que celles de samedi. C'est une jument qui va aussi vite en virage qu'en ligne droite
Deux fois vainqueur, deux fois deuxième, une fois troisième et deux fois quatrième, avec des chevaux de son entraînement sauf MONSIEUR GEM, quatrième en 1984, Yves avait forcément quelque chose à dire sur les chevaux qui lui ont permis ses performances dans le Grand Prix.
  • JOUTEUR du CLOS a été deuxième en 1980, et premier en 1981 et 1982 : c’est le meilleur palmarès d’un cheval dans toute l’histoire du Grand Prix. Ces résultats ne sont pas là par hasard, et JOUTEUR du CLOS est le cheval qui symbolise le mieux Yves Hurel, tellement il était parfaitement adapté à la piste de Biarritz. « Tant qu’il n’était pas en tête, ça n’allait pas ; il fallait qu’il soit en tête ! » : dans les deux victoires, JOUTEUR du CLOS a couru en se plaçant « tête et corde » après 300 mètres et jusqu’à la fin. En 1980, l’intention était la même, mais Guy-Maurice Dreux ne l’a pas entendu ainsi et est venu le battre sur la fin. JOUTEUR du CLOS avait été vendu à Malte avant le deuxième succès, mais il avait été autorisé à courir le Grand Prix (et celui de Villeréal ensuite).
  • Comme il a été dit, MONSIEUR GEM n'était pas entraîné par Yves, qui, de plus, le courait pour la première fois lors du Grand Prix. À l'époque, il avait regretté après la course de ne pas connaître le cheval.
  • VIKING de PADD, quatrième en 1995, était intenable à tel point qu’Yves Hurel renonçait parfois à l’atteler pour l'entraîner et lui faisait sauter des obstacles dans un club hippique.
  • En 1998, ÉCLAIR d'ESPIENS était dans une bonne passe : il avait gagné à Lyon, Toulouse et Vichy dans les deux mois précédant Biarritz. La course a été très rapide et le cheval n'a pas démérité, finissant troisième.
  • NEW KING VEA, deuxième en 2009, était un cheval à grande action qui tournait moins bien que Jouteur. Partant au deuxième poteau, il a été vite en tête, probablement trop vite, et il a plafonné sur la fin, permettant à Éric Audebert de le dépasser.
Yves Hurel nous a ensuite parlé de ses espoirs, mais aussi de sa vision de ce qui pourrait/va se passer pendant le Grand Prix. Nous gardons cela pour nous …

Jeudi 26 juillet 2018 : les Anysetiers

Partenaire du meeting, la Confédération des Anysetiers avait son Prix ce jeudi et disposait du chapiteau du BO. Cette présence a donné lieu à un spectacle haut en couleur, visible sur la piste pendant la remise du Prix, puis dans le restaurant avec un autre Prix, cette fois propre aux Anysetiers et qui était celui de l'élégance.

Jeudi 26 juillet 2018 : onzième journée

Nous nous rapprochons d'un évènement majeur dans le meeting : le Grand Prix !! Matthieu Varin a fait faire un heat plutôt tranquille à son engagé dans cette course : VIVIEN PÉO, qui sera drivé par Sébastien Hardy.
Les talentueux peintres de la place Louis XIV (à Saint-Jean de Luz) ont offert leur Prix à l'issue de la course de monté, remportée par Nils Pacha et EVAN PHIL.
Matthias Legros a 16 ans. Fin 2017, il avait remporté sa première victoire à Lyon. Il gagne à Biarritz la deuxième avec CADIX d'ARBAZ. Avec 1"3 d'avance, ce succès est plutôt facile. La deuxième place est plus serrée, Louis-Théo Wissocq s'en emparant avec CLASSICO du GADE et une photo !
La troisième course a été interrompue suite à un accident spectaculaire : le cheval FARA de BERTRANGE d'Éric Audebert a fait un malaise, provoquant leur chute et celle, beaucoup plus grave, de Norbert Vimond qui suivait avec FAVEUR CHOISIE. Norbert Vimond a été emmené à l'hôpital avec des fractures au visage. L'épreuve a été recourue après la huitième course.
Norbert Vimond et FAVEUR CHOISIE avec Pierre Geray et CHÉRIE des LANDES pour un heat d'avant-course.
Étrange arrivée que celle du Prix de la Real Sociedad, les drivers ne s'étant pas vraiment rendus compte qu'ils venaient de passer la ligne d'arrivée et continuant à courir ! Il n'en reste pas moins qu'Éric Audebert l'a emporté pour la quinzième fois du meeting, égalant ainsi son record. C'était par contre la première victoire du cheval ÉTAT d'ESPRIT. Faute de représentants du club de Saint-Sébastien, il n'y a pas eu de remise de Prix.
La cinquième était un prix dédoublé. Cheval d'Emmanuel Varin, EURÊKA JENILAT gagne sa première victoire avec Romain le Creps au sulky. Le cheval avait débuté à Biarritz en 2017 et c'était sa troisième tentative sur l'hippodrome des Fleurs cette année (il avait déjà été drivé deux fois par Emmanuel).
Robert Lacroix gagne le Prix de la Commanderie des Anysetiers avec DOLCE DEL CARSI en résistant brillamment à Éric Audebert et DARELLA. Les deux chevaux partaient du second poteau. Le père et la fille restent sereins dans la victoire !
Le Prix de la ville de Saint-Sébastien a été remporté par Pierre Geray et BUZZ GLAMOUR qui ont devancé Frédéric Clozier et BELZEN de JERVI. Le Prix fièrement montré par Pierre Geray est superbe.
La course des amateurs a été gagnée par Quentin Fleury au sulky de BÉBERT du VARLET devant Camille Langlois avec BELLA du BEROY.
Dans la troisième épreuve recourue, Frédéric Clozier et FABULEUSE ADÉMA se sont imposés en devançant FALCO FUN déjà deux fois vainqueur avec Éric Audebert, mais ici avec Pascal Lelièvre. Charles Dreux est venu à la remise des Prix avec son ami Guillaume Gillot, entraîneur du cheval.

Mardi 24 juillet 2018 : voyage, voyage

Le tirage au sort du gagnant du concours Nouvelles Frontières/TUI- PMU - SCTB - FlashCompo a eu lieu après la cinquième course et a désigné un sympathique vainqueur, très heureux d'avoir obtenu cette possibilité de voyage.

Mardi 24 juillet 2018 : dixième journée

Cette soirée a encore été ménagée par la pluie et a vu une belle affluence sur l'hippodrome.
La deuxième course de la réunion est le Prix André-Louis Dreux. Monsieur Dreux nous a quittés en mars et nous avons déjà évoqué son apport à l'histoire du meeting. Son fils Yves avait gagné sa première course à quatorze ans en 1971 à Ecommoy, puis sa deuxième la même année à Biarritz !
Son petit-fils Charles, fils d'André et donc neveu de Yves, avait déjà couru à Biarritz lors de la matinale du 10 juillet 2016 et il est revenu à l'hippodrome des Fleurs pour participer à l'hommage à son grand-père.
Un peu de nostalgie ? Charles Dreux a repris les célèbres couleurs blanc et bleu de son grand-père. On le voit ici à côté de la plaque se situant non loin de l'entrée de l'hippodrome et présentant le meeting en rappellant son ancrage dans l'histoire.
Mademoiselle Cindy Saout l'emporte dans la première course avec CAPUCINE NAY qu'elle court pour la troisième fois du meeting.
Le Prix Henri Levesque est remis par la fille d'une autre personnalité historique du meeting, Madame de Folleville, accompagnée de la petite-fille Sophie et de ses petits-enfants.
Louis-Théo Wissocq est content : il a longtemps mené et finit troisième avec DARIOS de CORVEIL.
FENDIE du VARLET et Romain Hémery gagnent le Prix André-Louis Dreux avec 2"5 d'avance. La deuxième place est plus disputée puisqu'il faut la photo pour départager FRIMOUSSE des VALS et Damien Laisis, finalement deuxièmes, de FLORA de FREDLAU et Nils Pacha (numéro 9).
FAKIR BONNETIÈRE, le cheval débutant de Charles Dreux a malheureusement été distancé au début. Cela n'enlève rien à la beauté de l'hommage et c'est la fille d'Yves Dreux, Cécile, qui a remis le Prix au vainqueur.
Le Prix André-Louis Dreux avait été dédoublé. Dans la course B, FIESTA GIRL et Benoît Robin s'imposent devant Michel Charlot et FANFAN CASH.
Charles Dreux est venu ensuite en famille célébrer la victoire de son ami.
L'arrivée de la quatrième course a été incroyablement serrée : trois chevaux sont à la photo pour la victoire et les cinq premiers sont en trois dixièmes ! Ce sont finalement Sébastien Hardy et ELZÉE VARENDE qui l'emportent, devant Vincent Cabos et EROS FOREVER, puis ENJOY d'ATTAQUE et Nils Pacha.
Jean-Paul Othart est venu remettre son livre à Sébastien Hardy.
Jérôme Chavatte se retourne pour constater qu'il a gagné avec ELLA ELLA le Prix de nos amis de Jardins & Saveurs.
Guy Verva, l'entraîneur-propriétaire, peut être fier du duo Érix Audebert/DORIA qui remporte sa troisième victoire du meeting dans le Prix du BO. C'est le quatorzième succès d'Éric dans le meeting : plus que deux pour battre son record. Charles Dreux obtient avec DANSEUSE de FLAM une excellente deuxième place.
Sébastien Hardy aime les arrivées serrées ! Il sort de nouveau vainqueur photographique d'un duel à trois : avec CHIPIE d'ABBEMONT (numéro 6), il devance Igor Blanchon et CANDEUR de BEYLEV, puis CONCERTO des DUNES (numéro 12) et Nils Pacha.
Le résultat de la course finale, celle des amateurs, a un peu consolé Franck Marty. Son entraînement a permis à ALROMICK VERDERIE de gagner en étant drivé par Christophe Roszak, ce dernier obtenant sa deuxième victoire du meeting.

Dimanche 22 juillet 2018 : Prix de l'hippodrome de Biarritz à Saint-Sébastien

Les rapports entre la SCTB et la Société des Courses de Saint-Sébastien sont excellents, même si nos amis espagnols n'organisent que des courses de galop.
C'est ainsi qu'en 1993, une journée du meeting de Biarritz avait eu lieu sur l'hippodrome basque.
Ce dimanche, l'organisation du "Premio del hipódromo de Biarritz" par Saint-Sébastien a été l'occasion pour la Présidente d'effectuer le déplacement et de remettre le Prix au vainqueur.
Jeudi 26 juillet, la réunion sur l'hippodrome des Fleurs contient trois Prix dédiés à Saint-Sébastien et nous mettrons un point d'honneur à bien recevoir les représentants de cette ville !

Vendredi 20 juillet 2018 : neuvième journée

La pluie, présente dans l'après-midi, a ménagé une nouvelle fois la réunion, qui contenait la première des deux courses Prémium.
Charlotte Lefebvre et Pauline Beluze (qui avait gagné le 17 juillet).
Avec CAKOU de CHARMANT, Charlotte Lefebvre remporte sa cinquantième victoire.
En forme, Cédric Terry ! Il gagne la deuxième course avec FLEUR d'AUTHISE et c'est sa sixième victoire du meeting.
Dayna-Lynn Posthumus et BAKO DANICA l'avaient déjà remporté le 12 juillet sur 2950 mètres. Le duo récidive sur 2150 mètres, avec 2"3 d'avance et une réduction de 1'16"1.
Au sulky d'EXCELLENCE d'OSCAR, Sébastien Hardy est parti numéro 1 et arrive premier !
Robert Lacroix arrive deuxième avec EMMA PEEL, devançant Guillaume Cardine et ETNA de VANDEL.
La cinquième course est remportée par ÉTOILE du LOUVET et Franck Marty pour sa deuxième victoire du meeting.
La soirée a fini par trois Prix plein d'émotion et de qualité hippique. On voit sur la photo Jean-Maurice Béteau, Maurice-René de Folleville et Jacques Cordeau. Ils ont été des éléments fondamentaux pour l'évolution de la Société et pour son animation (y compris sportive puisqu'ils furent d'excellents drivers) meeting après meeting pendant si longtemps et, pour un évènement historique comme le notre, il est très important d'entretenir le souvenir de telles personnalités.
Le premier de ces prix était le Prix Maurice de Folleville, également Prix de la Société et unique course professionnelle de 3750 mètres.
Benjamin Goetz l'a finalement emporté en drivant CRACK du TRILLET. Il fallait bien un crack pour gagner, le deuxième étant Éric Audebert avec le cheval de Charles Dreux entraîné par Jean-Pierre Lagenèbre, VICHENKO CHEF, qui avait déjà fini à cette place le 7 juillet, et qui a devancé sur le fil Franck Marty et COW BOY GRIFF.
La réduction de CRACK du TRILLET a été de 1'18"2 et les chevaux du second poteau se sont distingués dans ce domaine, VICHENKO CHEF notamment, qui a réalisé un très bon 1'17"9.
Qui mieux qu'Éric Audebert pouvait remporter le Prix Jean-Maurice Béteau ? BIRDIE d'ANAMA venait de gagner avec Clarisse Lelièvre à Biarritz (et un peu avant avec Éric à Beaumont) et l'a emporté plutôt facilement avec une excellente réduction de 1'15"8 (c'est la troisième en dessous de 1'16" pour le driver dans ce meeting).
Le vainqueur s'est vu offrir par Anne, une des deux filles de Jean-Maurice, un tableau avec neuf couleurs représentatives de l'histoire de celui-ci.
Le Prix Jacques Cordeau a été gagné par Céline Leclercq avec EVLA de VIVE avec 1" d'avance sur le deuxième et une réduction, intéressante pour un 2950 mètres, de 1'17"4.

Mercredi 18 juillet 2018 : huitième journée

Dans le Prix des Corsaires Basques, Mademoiselle Cindy Saout l'a emporté avec ELECTRA. Ce fut une nette victoire puisqu'il y a deux secondes d'avance sur le deuxième. Par contre, Pierre Geray et ÉGLANTIER de MEAT ont dû attendre la photo d'arrivée pour voir qu'ils avaient devancé Nadège Rolly et ÉLITISTE.
Dans la deuxième course, Cédric Terry l'a emporté encore plus nettement (2"5 d'avance) avec FESTIVE de BLARY. Le deuxième a été Richard-William Denéchère, dont c'était la première course du meeting, au sulky de FILS du SOIR.
Ce sont Damien Laisis et ELLE d'OMAHA qui l'ont emporté dans la troisème course. Celle-ci était le Prix de Toulouse, doublé du souvenir Jonny Ruffato. Outre les représentants de la Société de Toulouse, son frère Gérard, toujours en activité, était venu et a participé à la remise des Prix.
Décidément en forme, Cédric Terry a obtenu sa deuxième victoire de la soirée dans la quatrième course, cette fois au sulky de ECCO JOSSELYN.
La course phare de la réunion était le Grand Prix Baron d'Ardeuil AOC Buzet.
Yves Hurel, accompagné par son petit-fils Romain (fils de Jean-Yves pour qui il court comme apprenti), a remporté au sulky de BILOOKA du BOSCAIL une victoire avec un brio dont il a le secret, en contenant les attaques de BELLA du VIVIER et Éric Audebert, et de AVENIR de MAI et Benoît Robin, pour venir conclure avec une seconde d'avance sur VIVIEN PEO et Frédéric Clozier. BILOOKA du BOSCAIL et Yves Hurel s'étaient déjà magistralement imposés un an avant sur l'hippodrome des Fleurs.
Pour qui s'intéresse aux courses de Biarritz, l'arrivée de la sixième course a eu une saveur particulière car elle a eu du mal à départager les deux meilleurs drivers de ces dernières saisons : il a fallu la photo pour départager Frédéric Clozier et CAÏD de GUINES, finalement vainqueur, de Éric Audebert et DJACK de FEUGÈRES.
La joie de Dimitri Crespel et de son père Gérard fait plaisir à voir : avec CATCH the WIN, Dimitri vient d'attraper sa première victoire à Biarritz dans la dernière course de la soirée !

Mardi 17 juillet 2018 : septième journée

Cette journée a vu une fréquentation intéressante et le passage de deux célébrités hippiques par notre hippodrome.
C'est bien entendu un honneur de recevoir le troisième actuel du Sulky d'Or, Matthieu Abrivard, venu courir pour Emmanuel et Matthieu Varin ...
... et aussi pour son beau-frère Yannick Henry.
Richard Westerink était pour sa part venu courir ECSTASY AR, une fille de Timoko, dans le Prix d'Auch, en faisant écurie avec ELITLOPPET drivé quant à lui par Quentin Machet.
Au monté, Pauline Beluze et AUGUSTE GAILLARD ont pu conserver in extremis l'avantage.
Numéro 13 pour une douzième victoire : Éric Audebert a gagné le Prix Jean Toussaint avec FALCO FUN.
La remise du Prix a été faite par Palmyre Toussaint, intimidant FALCO FUN !
Nouvelle victoire de l'entraînement Terry dans le Prix d'Auch avec Luc Aubé et ETHAN DRIVE.
Notre Président d'Honneur Monsieur Louis Oteiza est venu remettre le Prix Pierre Oteiza a Sébastien Hardy, vainqueur de la quatrième course au sulky de DENIS GAILLARD.
Frédéric Clozier n'avait pas gagné à Biarritz depuis le 9 juillet, (tout en s'imposant à Beaumont et à Castéra-Verduzan). Avec DARSHANA, il a renoué avec le succès biarrot.
Nils Pacha et CARMEN d'ATTAQUE ont résisté à Matthieu Abrivard et CASTELLO FABULET, valorisant ainsi leur succès, qui est le premier de l'écurie Attaque dans ce meeting.
Pour finir la soirée, la course des amateurs a vu Mademoiselle Clarisse Lelièvre et BIRDIE d'ANAMA s'imposer d'extrême justesse face à Jean-Marc Freyssenge et VIKING du SARTHON.

Vendredi 13 juillet 2018 :  sixième journée

La sixième journée était dédiée aux associations et a vu la venue de quelques joueurs du Biarritz Olympique Pays Basque. La météo, menaçante au début avec quelques gouttes de pluie, a été beaucoup plus clémente ensuite !

Accueillis par le Président d'Honneur, Monsieur Pierre Oteiza, les joueurs du BOPB se sont tout de suite trouvés à l'aise !
Entrée en mélée de la Présidente, déterminée et toute de rouge et blanc vêtue.
Les couleurs de Guy Verva étaient on ne peut plus adaptées à la situation, d'autant plus pour courir le Prix du BOPB.
La première course était comme souvent du trot monté et Mademoiselle Aurore Toussaint s'est imposée avec CAÏD BROSSARDIÈRE avant d'aller recevoir sa récompense des mains des Amis du BO.
Dans la deuxième course, Yannick Henry a gagné avec FADORA de BERNOU.
Robert Lacroix et FÊTE d'EURVAD ont fini deuxièmes.
L'association concernée par ce Prix était la Peña Taurine Bayonnaise, seule de la soirée à être issue de Bayonne, mais bien représentée ! C'est Madame Maïté Labourdique, auteur(e) d'un ouvrage sur les corridas bayonnaises, qui a remis le Prix.
Stéphane Bouisson s'est ensuite imposé avec FOXTROT DANCER.
La remise du Prix a été l'occasion pour notre Sociétaire Jean-Paul Othart de présenter son récent livre Le jeu en vaut-il la chandelle ?, qui est, ou sera sous peu, disponible dans les librairies, à la Fnac, chez Amazon, etc...

La présentation du livre par l'éditeur est ici. Jean-Paul Othart lui-même s'occupe du bar de la Société sur l'hippodrome et il est bien sûr disponible pour toute dédicace !

Dans la quatrième course, Cédric Terry obtient, avec ESPIÈGLE de MAHEY une victoire assez nette.
Un peu de football dans une région de rugby : c'est la Jeanne d'Arc de Biarritz, notamment connue grâce au trente-deuxième de finale de Coupe de France joué début 2017 à Aguiléra face au Stade Rennais, qui a parrainé cette course.
Dans le Grand Prix du BOPB, Éric Audebert était lui aussi en rouge et blanc. Il s'est imposé avec EDENPARK.
Pas de jaloux : après le Prix du club, Éric Audebert a gagné, cette fois avec DUENA KERYVON, le Prix Aupa BO des supporters.
Petite erreur de transmission dans la remise du Prix ...
... et l'on a retrouvé les conviviaux représentants d'Aupa BO devant les stalles pour la récompense effective.
Robert Lacroix a remporté la septième course avec CÉSAR d'ORMOY. Meilleur driver en 1981 et 1986, meilleur entraîneur en 1995, vainqueur du Grand Prix en 2001, Robert gagne encore et est un formidable trait d'union entre toutes ces générations de drivers qui ont couru, courent et courront à Biarritz. Le côté nostalgique de cette victoire est renforcé par la deuxième place d'Igor Blanchon.
La bouteille de champagne offerte par le GETSO était pour ce Prix !!

Le départ de la course des amateurs a été mouvementé, avec notamment la chute de Mademoiselle Maud Julien, évacuée en ambulance, mais qui heureusement n'avait rien de grave. Laurent-Gaston Cohen l'a emporté avec BEL AMI de l'ARON, cheval entraîné par Matthieu Varin.

Jeudi 12 juillet 2018 :  cinquième journée

Le meeting est maintenant bien installé dans la vie de la cité biarrotte et cette journée a vu un public nombreux venir profiter du spectacle.
Éric Audebert est-il en train de regarder le classement des drivers ? À l'orée de cette réunion, il est largement en tête, ayant notamment totalisé 7 victoires.
La photo est trompeuse : dans la première course, la victoire revient au numéro 6 FIÈRE MÉRINA drivé par Dominique Cannillo.
Mademoiselle Dayna Posthumus gagne la deuxième course avec BAKO DANICA.
Sylvie Bonnevie, trésorière de la SCTB, et la Présidente encadrent un radieux Jonathan Asselie, vainqueur avec EDEN du WALLON du Prix de l'hôtel Val-Florès, dont Sylvie est la propriétaire.
La nuit tombe sur Biarritz et Éric Audebert reprend sa marche en avant, vers ce qui pourrait bien être le record de victoires dans un meeting. Ici, c'est avec ÉTOILE de FER, entraîné par Guy Verva, que l'on distingue derrière la lice.
C'est Guy Verva qui est venu chercher le Prix offert par le restaurant Arosta.
Et de 1001 pour l'entraînement Terry ! Cédric Terry remporte la cinquième course avec ETIENOS de CHENOU.
Frédéric Clozier, encadré par ses deux fils Charly et Étienne. On ne présente plus Frédéric, titulaire de nombreux succès à Biarritz (et partout ailleurs !) tandis qu'Étienne a gagné jeudi 5 juillet et que Charly a couru sa première course lundi 9 !
Éric Audebert et DORIA s'étaient déjà imposés le premier jour (4 juillet) ; ils récidivent lors e la sixième course.
Éric Audebert et Guy Verva encadrent Monsieur Pascal Boey, Président de la Commission de la Province, qui nous avait fait l'honneur de sa présence sur l'hippodrome lors de cette soirée, à la suite d'une réunion du Comité et du Conseil Régionaux.
Le driver belge Philippe Masschaele est devenu célèbre en inventant une position sur le cheval au trot monté et en gagnant quatre fois l'étrier d'or. Il a remporté en ce 12 juillet la septième course avec ALTIUS FORTIS.
Nous avons vu Philippe très enthousiaste pour les quarts de finale de la Coupe du Monde. Il l'a sans doute été un peu moins lors de la demi-finale remportée par la France. Nous espérons que ce Prix l'a consolé.
Son camion nous prouve qu'à sa façon, il supporte maintenant les Bleus !
La course des amateurs avu la victoire de Christophe Roszak avec CANDEUR de BEYLEV.
C'est Guy Verva qui est venu chercher le Prix offert par le restaurant Arosta.

Mercredi 11 juillet 2018 :  troisième et quatrième journées

La troisième journée a eu lieu le samedi 7 juillet et a obtenu un jolis succès populaire.
Nicolas Bazire, évoqué dans un précédentarticle, a remporté la première course avec CORAIL de BELLANDE entraîné par Matthieu Varin.

Éric Audebert avait déjà gagné deux fois lors de la soirée et Frédéric Clozier ne pouvait pas être en reste : il l'a emporté au sulky de DIVETTE des ÉPINES dans le Prix Harixcalde à l'issue d'une course à l'arrivée excessivement disputée puisque les cinq premiers sont en deux dixièmes !

L'épreuve phare de la soirée était le Prix Jean Dumas, épreuve de 2150 mètres d'un excellent niveau où peuvent se battre les records. Cédric Terry et AURA DEFF l'ont emporté avec une réduction de 1'16"1. Partant du second poteau, Éric Audebert et VICHENKO CHEF, dont le propriétaire est Charles Dreux (ce qui a permis de revoir des couleurs historiques à Biarritz) n'ont pu refaire tout leur handicap et ont fini deuxièmes en 1'15"4. Partant également avec 25 mètres de retard, Robert Lacroix et BINGO d'ATTAQUE ont terminé quatrièmes en 1'15"9 derrière ANGE du PORTO, drivé par Cyril Gazengel, ce dernier effectuant un excellent début de meeting.

Initialement prévue le mardi 10, la quatrième journée de courses avait été avancée au lundi 9 juillet en prévision de la demi-finale de la Coupe du Monde où nous espérions voir la France. Force est de constater que nous avions fait un bon pronostic, ce qui est la moindre des choses de la part d'une société de courses.
Avec BELLA du VIVIER qui pourrait être son cheval au Grand Prix, Éric Audebert remporte le Prix du Président Odriozola en 1'15"3, tout près du record de l'hippodrome ! Les quatre premiers finissent en moins de 1'15"9 avec notamment ANDURO des LANDES et Sébastien Hardy en 1'15"6.
La cinquième course a vu la millième victoire de l'entraînement Terry, qui plus est avec un doublé.

Jeudi 5 juillet 2018 :  deuxième journée

La météo a été beaucoup plus clémente pour cette soirée où le spectacle sportif a été à la hauteur, les habitués de la piste se réinstallant dans leurs habitudes de victoire !
Pas de meeting de Biarritz sans la légende Robert Lacroix !
Éric Audebert n'attend pas et gagne la première course avec FALCO FUN.
Départ plutôt agité dans la deuxième course qui concerne des chevaux dont la plupart débutent !
Ce sont Cyrl Gazengel et FARAON du PALAIS qui s'imposent.
Le propriétaire de FARAON du PALAIS est Monsieur Christophe Levacher, sociétaire de la SCTB.
FARAON du PALAIS n'est pas encore habitué aux honneurs !
Étienne Clozier et CLOUD of LIFE gagnent la troisième course à l'issue d'une arrivée très serrée, en s'imposant face à COQUIN du DRIEHOEK et Louis Théo Wissocq (numéro 1 sur la photo).
Une présence sympathique sur l'hippodrome : celle de Nicolas Bazire, fils du légendaire "JMB" et excellent driver lui-même !
Franck Marty et DESTIN du TILLET remportent la quatrième course plutôt facilement.
Le Prix de l'hôtel Régina est remporté par Frédéric Clozier et DAINA du MOLETON. Le driver avait déjà gagné ce Prix en 2017 ... et beaucoup apprécié le séjour à l'hôtel offert par ce partenaire fidèle de la SCTB.
Guillaume Cardine aime les sixièmes courses et gagne celle du jeudi après celle du mercredi, cette fois avec ÉVITA d'ESTRÉES
La paternité réussit à Guillaume ! Toutes nos félicitations !
Deuxième succès de la soirée pour les couleurs de Christophe Levacher et Cyril Gazengel, cette fois avec AIR et dans l'épreuve du Challenge Henri Menaud.
Le Président de la Fédération du Sud-Ouest, et la Présidente et le Président d'Honneur de la SCTB encadrent les vainqueurs.
Frédéric Clozier réalise un doublé (et une troisième victoire familiale !) gagne avec ETNA QUESNOT.
Où l'on retrouve Manu Varin avec Frédéric Clozier !

Mercredi 4 juillet 2018 :  première journée

C'est avec un certain soulagement, mais aussi de la fierté, que nous avons vu se dérouler la première journée du meeting ! La pluie a menacé toute la journée, mais s'est effacée pour les courses (en laissant néanmoins des traces de passage sur la piste !).

Premier départ du meeting pour une course de trot monté.
Première arrivée avec une réduction de 1'16"7 pour le vainqueur COSMETIC drivé par Nils Pacha.
Noël Langlois s'impose dans la deuxième course avec FUNAMBULE de MAI.
Première course et première victoire du meeting pour Éric Audebert, au sulky de DORIA.
Le vainqueur l'emporte avec 2"5 d'avance sur Franck Marty et Frédéric Clozier !
Lors de la remise du Prix par Monsieur Alexandre de la Cerda, on reconnaît Guy Verva, entraîneur de DORIA et Claudie Hassenforder-Chabriac, Présidente de la SCTB.
Frédéric Clozier et DEEP MAGIK gagnent la quatrième course. Les drivers suivants sont Denis Brossard, Guy Verva, Cédric Terry et Éric Audebert ! Le meeting est lancé !
Quelque chose nous dit qu'on reverra aussi bien le driver que l'entraîneur à la remise des Prix !!
Éric Audebert gagne la cinquième course avec ECLIPSE MELODY, cheval de son entraînement.
Arrivée plus serrée dans la sixième course remportée par Guillaume Cardine et CALINETTE d'ANGIS.
La dernière course concernait les amateurs et a vu Guillaume Aché s'imposer avec 2"6 d'avance au sulky de COPINE PRIMO.

Mardi 3 juillet 2018 : hippodrome & saveurs

Comme prévu, Jardins & Saveurs a installé son restaurant en bord de piste (une restauration rapide lui sera adossée).
Avec le bar qui sera tenu par la SCTB, l'offre de restauration sur l'hippodrome est complète.

Mardi 3 juillet 2018 : lumières, caméra, action !

Après, hier soir, des essais de lumières en nocturne, les chevaux et leurs drivers ont repris possession de la piste pour l'entraînement matinal.

Lundi 2 juillet 2018 : Éric Audebert, un recordman se confie

Un habitué des courses de Biarritz ne peut pas ne pas connaître Eric Audebert ! Il détient plusieurs records du meeting d’été :
  • Il est le seul à avoir remporté cinq fois le Grand Prix de Biarritz en 2008, 2009, 2010 (trois de suite, ce qui est aussi un record), 2014 et 2015
  • Il a établi la meilleure réduction kilométrique de la piste en 1’15’’8 avec Strogoff (2011), puis avec Soja Williams en 1’15’’1 (2015)
  • Il a remporté le Grand Prix le plus rapide de l’histoire, celui de 2015, avec 3’45’’9 pour 2950 mètres
  • En 2011, il a gagné 15 courses durant le meeting (sur 50 participations) ; en 2016, il l’a emporté cinq fois le même soir
On peut ajouter à cela cinq prix du meilleur driver (ce qui implique de nombreux autres succès !) et deux victoires dans la course de 3750 mètres.
C’est sans conteste le driver le plus titré de l’époque moderne du meeting estival et il paraissait intéressant, voire indispensable, à l’orée de celui de 2018, d’essayer de savoir quelles sont les clés du succès sur la piste de l’hippodrome des Fleurs, de la part de celui qui a mis la barre plutôt haut au niveau des records (et qui en battra peut-être certains dans les semaines qui viennent !). Éric cache son talent derrière une modestie qui considère la réussite avec un certain naturel ! Il nous a aussi raconté de succulents et émouvants souvenirs de ses victoires dans les cinq Grand Prix.
1) Y-a-t-il une explication à toutes ces performances ? La piste de Biarritz a-t-elle été tracée pour vous ??
  • Il n’y pas d’explication…. Déjà, il faut avoir les chevaux qui s’adaptent à ce profil de piste assez particulier : ils doivent être bons corde à droite, relativement maniables et véloces.
  • La piste n’a pas été tracée pour moi … (rires) : comme pour les chevaux, les drivers doivent s’y adapter et certains le font mieux que d’autres. De plus, nous sommes comme partout tributaires de la valeur des chevaux !
2) Y-a-t-il une victoire qui vous tient le plus à cœur ?
La victoire qui me tient le plus à cœur est celle de Twist Lie dans le Grand Prix 2015.
3) Êtes-vous sensible à tous ces records ? Est-ce un but pour vous d'être nommé meilleur driver du meeting ?
  • Cela fait toujours plaisir d’être associé à certains records, mais je n’en fais pas une fixation.
  • Je n’ai jamais eu pour but d’être le meilleur driver du meeting ! Ce sont surtout les circonstances qui m’ont aidé. Principalement, des entraîneurs comme Guy Verva et Manu Varin, pour ne citer qu’eux, ont beaucoup de chevaux de qualité et font régulièrement appel à mes services !

4) Avez-vous une anecdote (ou autre histoire !) à raconter sur chacune de vos victoires au Grand Prix ?

  • - 2008 - Océane Drive n’était pas sûre de pouvoir courir à cause des gains, mais nous savions qu’elle avait la qualité pour gagner. De fait, elle l’a emporté en se promenant, après avoir mis la pression sur Prestancia Bella, une jument de Jean Paul Marmion qui était favorite et était partie tête et corde.
  • - 2009 - Avec Nino le Blond, nous avions le cheval pour gagner, ce qui a été fait plutôt facilement.
  • - 2010 - Onyx de Marzy n’avait au départ qu’une quatrième ou cinquième chance. Après un bon parcours et un accrochage entre les deux favoris, il est allé chercher la victoire au courage.

  • - 2014 - Rappelons qu'un règlement appliqué de façon pointilleuse avait empêché l'inscription de plusieurs chevaux au Grand Prix 2014 ... et Jean-Maurice Béteau cherchait à en récupérer d’autres !
    • Saphir de Mahey était sous mon entraînement et je ne pensais pas courir le Grand Prix pour diverses raisons. Je me souviens qu’à un quart d’heure de la fin de la déclaration des partants, alors que j’étais en train de travailler avec mon cheval, Jean-Maurice Béteau m’avait appelé pour que je l’inscrive ! Je lui avais répondu que je ne savais pas encore (ce qui était faux - rires) et que j’attendais la fin de cet entrainement … Jean-Maurice était « fou » : j’ai déclaré Saphir partant à 9h29 pour 9h30 !
    • Nous n’étions que deux à partir au premier poteau et il fallait juste que je réussisse mon départ. J’ai été en tête pendant plus d’un tour, puis j’ai laissé passer Ténor d’Espiens qui, je le savais, allait me servir de lièvre ; pour finir, je suis venu l’ajuster sur le poteau d’arrivée. Ce fut une grande satisfaction pour toute mon équipe de gagner ce Grand Prix avec un cheval sous mon entraînement.
  • - 2015 - Mon cheval Twist Lie était au top, mais un peu juste aux gains, ce qui me faisait craindre d’être éliminé. Néanmoins, nous avons été déclarés partants et j’avais tout misé sur cette course avec un cheval à 120% de sa forme ! Je craignais juste le défilé, mais celui-ci n’a pas trop énervé Twist qui est très sanguin. J’avais prévu de partir vite pour profiter d’un bon dos, mais, catastrophe, Twist part sur la mauvaise jambe et fait quatorze foulées de galop : il n’y a pas de disqualification, mais nous nous retrouvons derniers. Dans une course avec beaucoup de train, nous nous plaçons à la corde juste derrière Tagada Tagada drivé par Manu Varin. Lors du dernier passage en face, nous progressons toujours à la corde derrière Manu. A l’entrée du dernier virage, Tagada Tagada se retrouve en tête ; nous sommes encore dans son sillage, au petit trot, et le sourire me revient car je ressens qu’il ne peut plus rien nous arriver !!! A l’entrée de ligne droite, nous sortons du dos de Tagada Tagada et Twist Lie met son coup de rein des grands jours pour venir gagner ! C’est l’apothéose et une larme sort de mes yeux car je suis heureux pour mon cheval et pour nous tous : l’objectif est atteint.

  • Une anecdote concerne mes cinq victoires dans le Grand Prix : Océane Drive était entrainée par Bertrand Rivière, Nino le Blond par Jean-Marc Machet, Onyx de Marzy par Benoît Olicard, et Saphir de Mahey et Twist Lie par moi-même … Cela fait donc cinq victoires avec cinq chevaux entraînés en Charente-Maritime !
5) Le 1'15"1 de Soja Williams est impressionnant (la deuxième meilleure réduction est en 1'15"5) ! Quand vous avez battu ce record, est-ce que vous sentiez que vous alliez vraiment vite ?Pensez-vous qu'on puisse descendre dans les 1'14" ?
  • Lors des records de Soja Williams et de Strogoff, je n’ai pas eu forcément plus de sensation de vitesse qu’à l’habitude. C’étaient des chevaux de bonne qualité, des très bons vireurs qui ont couru leurs 2150 mètres pratiquement à fond du départ à l’arrivée, d’une manière différente : Strogoff était resté tête et corde sans l’aide de personne, tandis que Soja Williams devait courir caché.
  • Je pense qu’il est possible de descendre sous la barre des 1'15".
6) Vos résultats récents à Castillonnès et Beaumont sont prometteurs ! Étes-vous confiant pour Biarritz ? Avez-vous une idée du cheval que vous allez courir au Grand Prix ?
  • C’est vrai que les chevaux de l’écurie sont en forme en ce moment. Mais je ne fais pas une fixation sur l’hippodrome des Fleurs où je viens avec un ou plusieurs de mes chevaux quand ils ont une belle course à courir ou quand ils sont dans leur catégorie.
  • Pour le Grand Prix cette année, je pense avoir, si les gains le permettent, Bella du Vivier, une jument de Guy Verva qui est très à l’aise corde à droite.
Éric a également tenu à remercier la Société avec les mots d’encouragement qui suivent :

- Je remercie la Société des Courses de Biarritz et tous les bénévoles pour leur accueil et leur gentillesse, et je les félicite pour tous les efforts qu'ils font pour que ce meeting soit une fête dans un cadre si agréable, pendant un mois finalement trop court.

C’est nous qui remercions Éric pour ses réponses et pour l’expression sans réserve de ses souvenirs, et nous lui souhaitons la meilleure réussite possible, dont nous ne doutons pas, lors des courses où il sera engagé dans le meeting 2018.

Jeudi 28 juin 2018 : préparation de la piste

Le savoir-faire des préparateurs de la piste de Biarritz n'est plus à prouver et ils se sont attelés à cette tâche indispensable. La piste sera réouverte le mardi 3 juin pour les premiers entraînements du meeting.

Jeudi 28 juin 2018 : l'hippodrome nouveau est arrivé

Les éléments de vie sur l'hippodrome ont été pour la plupart installés. Une visite guidée s'impose.
Le fer à cheval marque la véritable entrée sur l'hippodrome, avec à gauche les stalles et à droite la piste. Puisse-t-il également porter bonheur au meeting !
Le siège social de la SCTB est maintenant signalé. Le bar qui lui est accolé recevra bientôt ses fonctionnalités. Des guichets Pari Mutuel seront derrière.

Les gradins

Les gradins sont destinés à remplacer provisoirement et partiellement les tribunes détruites.
De droite à gauche, le spectacle est pour bientôt sur la ligne droite !

Le Pari Mutuel

En plus de ceux qui sont derrière le siège social de la SCTB, des guichets pour parier seront installés à proximité des gradins, derrière eux.

En attendant le restaurant

Le restaurant de Jardins & Saveurs, ainsi que, derrière lui, la restauration rapide, seront installés non loin des gradins peu avant le 4 juillet.

Le local technique

L'Algeco du local technique est prêt : centre névralgique de l'hippodrome, il contient le secrétariat, la régie et le bureau des commissaires.
Il précède le bâtiment des vestiaires et des contrôles de sécurité.

L'accueil des invités

La gloriette, située non loin de l'entrée, est le passage obligé de l'accueil des invités.
Le chapiteau du Biarritz Olympique Omnisports, aimablement prêté par celui-ci, sera utilisé comme espace réceptif. Il a été agrémenté d'une terrasse offrant un point de vue unique sur l'arrivée.

Jeudi 31 mai 2018 : les fondations de la reconstruction

La destruction de la tribune est une évolution majeure de l'hippodrome des Fleurs. Elle sera suivie d'une réorganisation de celui-ci sous la direction d'un programmiste nommé par la Mairie. Tout cela sera fait par étapes et la première vient de s'achever : l'endroit où se trouvait la tribune a été goudronné, effaçant ainsi toute trace du passé pour mieux envisager l'avenir.
L'organisation du meeting 2018 ne saurait néanmoins se contenter d'une place vide ! L'endroit se remplira avec des installations éphémères mais fonctionnelles : des gradins pour que le public regarde plus confortablement, des guichets PMU pour qu'il parie, un restaurant auquel s'adosse un snack, pour qu'il se restaure avec Jardins & Saveurs et des Algeco pour l'administratif et le technique.
La buvette habituelle, qui est située à côté de son nouveau local administratif, sera gérée par la Société elle-même, ce qui est une première !

Jeudi 31 mai 2018 : point presse et partenaires

Un point presse et partenaires a eu lieu à l'hippodrome des Fleurs sous le chapiteau du Biarritz Omnisports. Le traiteur événementiel Jardins & Saveurs, qui assurera pour la quatrième année consécutive la restauration pendant le meeting, était partie prenante et a fourni pour l'évènement un savoureux cocktail dinatoire.
La presse était présente avec Sud-Ouest et la Semaine du Pays Basque, ainsi que Paris-Turf et, pour l'audiovisuel, France Bleu Pays Basque. De nombreux partenaires de la Société et de Jardins & saveurs sont également venus, prouvant l'intérêt qu'ont ces acteurs économiques et touristiques de la ville et de la région pour le meeting.
La Mairie était également représentée (et nous la remercions) par Madame Stéphanie Ricord, adjointe au Maire chargée des ressources humaines et des sports. Après le discours de la Présidente, Madame Ricord est intervenue pour notamment réaffirmer le soutien de la Mairie à notre meeting qui fait partie de l'histoire de la Ville.
Avec un PowerPoint, la Présidente a ensuite présenté aux partenaires les différents aspects du meeting : son contenu hippique, les paris, les statistiques de fréquentation, ainsi que l'organisation humaine derrière tout cela. Madame Valérie Mouton est alors venue parler de Jardins & Saveurs avant que ne commence le cocktail.

Mercredi 21 mars 2018 : disparition d'une légende du trot

André-Louis Dreux s'en est allé ... Il a été et restera une figure marquante du meeting de Biarritz. Il a brillé par ses performances sur la piste, ayant notamment gagné le Grand prix de la Ville de Biarritz avec Karim Mabon en 1983 et remporté le prix de meilleur driver en 1978. Mais, de ce meeting, il était également un fervent participant et animateur, en revenant tous les ans pendant de nombreux étés, ce qui témoigne du plaisir qu'il avait à être là.
Il est inutile de rappeler l'importance de la famille Dreux dans le monde des courses au trot. À Biarritz, Guy-Maurice, un de ses deux frères, avait été deux fois vainqueur du Grand Prix, son fils Yves avait remporté en 1971 à 14 ans sa première victoire sur l'hippodrome des Fleurs et son petit-fils Charles était venu courir en 2016 lors de la matinale du 16 juillet.
Notre meeting repose sur une histoire qui en pose les fondations et qui le fortifie, et celle-ci doit beaucoup à des personnalités comme André-Louis Dreux, Maurice-René de Folleville ou Jean-Maurice Béteau. Nous présentons à sa famille nos sincères condoléances, mélanges de tristesse, de reconnaissance et de fierté.

Meilleur driver du meeting en 1978.
Quand trois amis se suivent : troisième derrière Maurice-René de Folleville et Gérard Mottier.
Remise des prix du meeting 1983 : André-Louis Dreux a gagné le Grand Prix avec Karim Mabon, Jean-Maurice Béteau a été le meilleur driver et Jean-François Maury le deuxième amateur. Qu'ils reposent en paix au paradis des drivers.
La Mairie était également représentée (et nous la remercions) par Madame Stéphanie Ricord, adjointe au Maire chargée des ressources humaines et des sports.

Samedi 3 Mars 2018 : décès de Madame Andrée Mazzocchi

Nous apprenons le décès de Madame Andrée Mazzocchi à l'âge de 91 ans des suites d'une longue maladie.
Après 25 ans passés à l’agence du PMU de Nantes, Madame Mazzocchi était entrée à la Société à l’aube de sa retraite en 1988. Passionnée par les voyages, amoureuse des roses et des chevaux, elle avait trouvé à Biarritz, en l’hippodrome des Fleurs, l’endroit parfait pour que s’épanouisse sa volonté d’aider les autres.
Avec elle, le bénévolat a pris tout son sens pendant ces années où elle a été trésorière de la Société. Toujours souriante, active et efficace, elle a fait, par ses initiatives, évoluer la Société et a tissé des liens forts avec les institutions publiques, tout en œuvrant au quotidien avec une modestie et une humilité qui la caractérisaient.
Elle ne voulait pas être mise en avant, mais son dévouement, son travail et ses compétences étaient reconnus de tous. C’est toute la Société des Courses au Trot de Biarritz qui pleure sa disparition et qui présente toutes ses condoléances à sa famille, en particulier à son fils Jean-Pierre et sa belle-fille Laure, qui ont été eux aussi Sociétaire.
En 1998 avec Richard Denéchère, Michel Charlot, Denis Brossard, Maurice de Folleville et Jean-François Maury.
En 2003 avec Gilles Lemière et Maurice de Folleville.
En 2007 avec Robert Lacroix.

Planning du meeting 2018

Le planning du Meeting 2018 est en cours de validation. Néanmoins, ses dates sont connues, ainsi que le placement de plusieurs grandes épreuves qui font partie d'un calendrier ne se limitant pas à Biarritz.
Ces évènements ont lieu en nocturne : début des opérations à 19h40 , puis départ de la première course à 20h15 lors des soirées à 7 courses ou à 20h10 quand il y en a 8. Il y a environ 30 minutes entre deux épreuves.
  • Mercredi 4 juillet 2018 : Le Trot Open des Régions (Sud-Ouest) : course pour les 3 ans (1er Grand Prix des jeunes) et course pour les 4 ans.
  • Présentation de l'Open des Régions et plus spécifiquement de la région du Sud-Ouest
  • Jeudi 5 juillet : Challenge Henri Menaud
  • Samedi 7 juillet : Le Trot Open des Régions (Sud-Ouest) : course pour les 4 ans et course pour les 5 ans. Course du Circuit des Grandes Epreuves du Sud-Ouest (GCSO).
  • Mardi 10 juillet
  • Jeudi 12 juillet
  • Vendredi 13 juillet
  • Mardi 17 juillet
  • Mercredi 18 juillet : Challenge Henri Menaud (deuxième épreuve)
  • Vendredi 20 juillet : Grand Prix de la Société des Courses au Trot de Biarritz (3750 mètres, course Prémium)
  • Mardi 24 juillet
  • Jeudi 26 juillet : Le Trot Open des Régions (Sud-Ouest) : course pour les 3 ans (2ème Grand Prix des jeunes)
  • Samedi 28 juillet : Grand Prix de la ville de Biarritz (épreuve du GCSO)
  • Mardi 31 juillet : Grand Prix des Amateurs (3750 mètres)

Dimanche 18 Février 2018 : interview de la Présidente de la SCTB à Bordeaux

Au Bouscat, Claudie Hassenforder-Chabriac, la Présidente de la SCTB, a été interviewée par le très sympathique animateur de l'hippodrome. Elle s'est voulue rassurante quant à la pérennité du meeting de Biarritz, dont elle a souligné l'importance et la renommée.

Dimanche 18 Février 2018 : Prix de l'hippodrome de Biarritz à Bordeaux le Bouscat

Le Prix de l'hippodrome de Biarritz a été couru sur l'hippodrome du Bouscat le 18 février 2018. Réservé à des chevaux de 4 ans, il a vu la victoire d'Elegant Horse drivé par Sylvain Marmion.
Déjà vainqueur à Challans avec Jérémy Lehericey une semaine avant, Elegant Horse semble promis à un bel avenir.
La présidente de la SCTB remet à Sylvain Marmion son prix sous les yeux du célèbre Richard William Denéchère, qui, lui aussi, représente la Société de Biarritz puisqu'il figure au Conseil d'Administration.

Lundi 15 Janvier 2018 : Prix de Biarritz à Vincennes


Couru le 15 janvier 2018 à Vincennes, le Prix de Biarritz a été dédoublé.

Les résultats des deux courses ont montré le haut niveau de ce Prix !

La première course a été gagnée par Jean-Michel Bazire, qu'on ne présente plus : il vient de remporter son dix-neuvième Sulky d'Or et reste invaincu à ce niveau depuis 2000 inclus. Il a également été vainqueur du Grand Prix de Biarritz en 2000, 2005 et 2006 et nous espérons le revoir en 2018 pour égaler les quatre victoires de Jean Treich.
Il se voit remettre son prix (des produits régionaux basques) par Claudie Hassenforder-Chabriac, la Présidente de la SCTB, accompagnée par une Vice-Présidente (Sophie de Folleville-Forges) et un Vice-Président (Arnaud Jacquinet). Le Cheval Français est représenté par son Directeur Technique (Guillaume Maupas) et Pascal Boey, Président de la SNPT et de l'UNAT, est également présent.

Le vainqueur de la seconde course a été David Thomain. Cet espoir du trot français a déjà gagné deux fois le Prix de Cornulier. Son père a succédé à Maurice de Folleville à la tête de la Société des Courses de Carentan mais il n'est jamais venu courir à Biarritz. Nous espérons l'accueillir lui aussi à l'Hippodrome des Fleurs !